1 octobre 2022

Dernier pétale de la broderie or

Nous voici arrivés au dernier pétale de la fleur centrale. Vous retrouverez les précédents articles sur le sujet ICI, LA et encore LA.

Ce dernier pétale ressemble fort au troisième puisque le bourrage est effectué avec des mèches de coton recouvertes de fil or.

Certes, mais le travail du fil n’est pas le même. Voici deux photos en gros plan.

Sur la première photo qui correspond au troisième pétale, j’ai utilisé du diamant grandé. Il s’agit d’un seul fil qui court d’un bout à l’autre en allers/retours, il est fixé avec du mouliné métal violet au bord du pétale, avant et après chaque mèche. Il n’y a pas de points de fixation intermédiaire.

Sur le dernier pétale, j’ai testé une autre méthode en utilisant six brins de mouliné or qui sont régulièrement coupés selon les règles de la broderie or enseignées dans le livre du Ruth Chamberlin. Dans les espaces non méchés, le fil or est maintenu par des points réguliers au fil violet posés en quinconces.

Ce remplissage me semble donner un beau résultat qui récompense le temps de travail pour rentrer tous les fils sur l’envers de l’ouvrage et la difficulté à poser régulièrement les points en quinconces.

Les deux méthodes sont validées.

Laquelle choisir quand on est face à son ouvrage ? Comme toujours, je fais une réponse de Normand : le choix se fait souvent en fonction de la forme à remplir et il faut surtout prendre le bon fil pour la bonne technique. En l’occurrence, je pense que le mouliné or aurait été une bonne solution pour les deux techniques. Ensuite, vous faites un essai, ce qu’on appelle échantillonner, et si nécessaire, vous recommencez !

Nous verrons le coeur de la fleur la prochaine fois car, après avoir bien transpiré sur le dernier pétale qui m’a demandé une certaine concentration, je préfère me reposer en brodant le contour qui est plus simple.

On y trouve de petites fleurs dont les pétales sont travaillés en peinture à l’aiguille avec un brin de mouliné. La base est légèrement bourrée avant d’être recouverte au passé plat. Rajoutez-y deux petits points de bouclette et quelques points avants… Le tour est joué pour les fleurs.

Pour les tiges, deux brins de moulinés travaillés au point de chaînette. Un brin de mouliné et le point de feuille pour les feuilles, cela va de soi. Pour les pois ovales, un bourrage est indispensable puis on le recouvre au passé plat et on le renforce avec un joli contour au point de Boulogne sur du Diamant Grandé or.

Petit plus, vous apercevez en bas à droite, la tige principale. Elle est travaillée au point de chaînette et est rebrodée avec deux brins de la même couleur pour lui donner un peu plus de relief.

La prochaine fois, on brode les papillons, le coeur et on parle encadrement…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.