9 décembre 2022

Une broderie mortelle

L’idée du projet vous la connaissez : broder des têtes de mort avec plusieurs propositions de dessins, différentes techniques de broderie et différents projets au niveau des couleurs.

Bon, il y a un moment où il faut se lancer. Aujourd’hui, on prend l’aiguille et on brode.

Pour commencer, jetons un oeil !

Comme tissu, j’ai finalement opté pour une popeline noire qui est une toile de coton assez légère, très serrée. Qui dit toile légère dit qu’elle est facile à broder mais aussi que ce n’est peut-être pas le tissu idéal pour en faire directement un vêtement ou un sac car forcément c’est un tissu qui a peu de tenue. Par contre, il est idéal pour l’appliquer sur un autre tissu.

Le fait de choisir un tissu noir a pour inconvénient la décalque mais il y a des solutions et surtout l’avantage est de pouvoir choisir des couleurs lumineuses.

Pour la tête de mort en broderie traditionnelle, le jeu est d’utiliser un maximum de points de broderie, ce qui est en fait un projet extrêmement agréable à travailler et le but est de trouver le point qui va donner le rendu souhaité par rapport au dessin. C’est aussi un excellent apprentissage pour les personnes qui débutent en broderie. Il me semble avoir utilisé environ 25 points différents. Bref, je me suis éclatée !

Pour le projet broderie or, j’aurais dû utiliser de la cannetille et du jaseron qui sont emblématiques de cette technique (si vous avez oublié ce que c’est, vous pouvez jeter un oeil ICI). Petit problème, ces matériaux sont très fragiles, ont besoin de supports relativement rigides car ils n’apprécient pas du tout d’être manipulés et encore moins pliés. Ils n’aiment pas non plus le lavage.

Qu’à cela ne tienne, j’ai choisi des fournitures très basiques telles que du fil or et argent DMC et Madeira, des perles de rocaille, des cuvettes et des tubes que l’on trouve dans le commerce. Exit toutes les fournitures couteuses et trop fragiles. Par contre, au niveau de la technique, j’ai utilisé des points spécifiques tels que le point de Boulogne, la pose des cuvettes en écailles, la pose de perles au point arrière, … Là aussi, c’est un projet très simple et agréable pour aborder les prémices de la broderie or… Du coup, la broderie pourra être utilisée pour un projet tel qu’un sac ou sur un vêtement.

Et puis, tant qu’on est lancé, pourquoi pas en tenter une de plus ? Alors c’est parti pour un nouveau dessin basé sur les signes ésotériques. Pour la technique, on remplace l’aiguille par le crochet et on travaille tout au point de Beauvais avec du fil à coudre.

Le tissu tendu sur le métier est quasiment rempli, il est temps de s’arrêter avec les têtes de mort.

De gauche à droite, je vous présente : La tête de mort au point de Beauvais réalisée au crochet, au milieu celle en broderie traditionnelle et enfin celle en broderie or. Entretemps, s’est glissé un impératif pour créer une broche en peinture à l’aiguille au fil de soie mais ce n’est pas gênant puisque tout devra être découpé !

Et quand on a récupéré les broderies après avoir détendu le métier, on en fait quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *