1 octobre 2022

Personnage central du triptyque

Commençons par jeter un œil au personnage central qui est donc le personnage principal.

Après de très longues heures de recherche sur internet et pas mal de nuits blanches, je peux enfin vous révéler qu’il s’agit de…

Trêve de plaisanterie, je n’ai pas cherché cinq minutes car Isabelle, la propriétaire de l’objet, m’a expliqué qu’il s’agissait de

Louis XII

La preuve ? C’est comme le Port Salut, c’est marqué dessus !

Faisons un petit rappel d’histoire, cela peut aider.

Louis XII est né le 27 juin 1462 au château de Blois et mort le 1er janvier 1515 à Paris. Surnommé le « Père du peuple » par les états généraux de 1506, il fut roi de France de 1498 à 1515.

Durant son règne, il se lance dans les guerres d’Italie, notamment la troisième et la quatrième et, au plan intérieur, il réforme la justice et les impôts. Son image fut cultivée après sa mort comme symbole d’une monarchie modérée, s’appuyant sur les états généraux, par contraste avec la monarchie absolue.

Accession au trône et sacre

Le 7 avril 1498, Charles VIII meurt accidentellement, sans enfant survivant. Le 27 mai 1498, Louis XII est sacré souverain en la Cathédrale de Reims. Les fiefs, possessions et prétentions des Orléans rentrent dans le giron de la monarchie.

Mariage avec Anne de Bretagne

Il obtient l’annulation de son premier mariage et épouse à Nantes le 8 janvier 1499 Anne de Bretagne, la veuve de Charles VIII, qui avait hérité, en vertu de leur contrat de mariage, de l’ensemble des prétentions des rois de France sur le duché breton. La Bretagne reste ainsi dans l’orbite de la France, mais le nouveau contrat de mariage spécifie que l’héritier du royaume ne pourra être héritier du duché. Il signe un traité comprenant deux lettres, l’une pour le mariage comprenant cinq clauses et la deuxième publiée le 19 janvier 1499 de treize clauses comprenant des dispositions générales concernant le duché de Bretagne, dont le rétablissement de la souveraineté d’Anne de Bretagne sur son duché (rétablissement des Chancellerie, Conseil, Parlement, Chambre des comptes, Trésorerie, Justice, monnaie et séparation des deux couronnes). (Source : fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XII).

Et du côté architecture ? A quoi ressemblaient les monuments à cette époque ?

Claude de Seyssel, dans son Éloge de Louis XII, parle du nombre de « grands édifices tant publics que privés » que l’on bâtit par tout le royaume. Il constate que les maisons sont meublées de toutes choses plus somptueusement que jamais elles ne furent. C’est ainsi qu’en 1495, les vingt-deux premiers artisans italiens arrivent à Amboise pour « édifier et faire ouvrage à la mode d’Italie ».

Cette époque est digne d’intérêt comme art de transition, offrant un singulier mélange de caractères de deux époques éblouissantes : le Gothique et la Renaissance. Cette dénomination de style Louis XII a ainsi le mérite de qualifier une époque où l’art décoratif part de l’arc ogival et du naturalisme gothique pour s’acheminer vers le plein cintre et les formes souples et arrondies mêlés de motifs antiques stylisés typiques de la Première Renaissance. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Style_Louis_XII).

Lucarnes mélant motifs flamboyants et pinacles à rinceaux (Hôtel de Bourgtheroulde, Rouen, 1501-1532).
Aile Louis XII (1498-1503, Château de Blois).

Les armoiries de Louis XII

Comme tout monarque, Louis XII est identifiable par ses armoiries.

Les armoiries sont des marques distinctives de familles, de collectivités ou d’individus, représentées selon des règles définies sur un écu ou emblèmes ayant pour caractéristiques :
– 1) Signe conventionnel à valeur symbolique, parfois accompagné d’une légende en forme de sentence (la devise de Louis XII était « Qui s’y frotte s’y pique »).
– 2)  Être ou objet symbole d’une qualité, d’une chose abstraite (Le porc épique symbolisait Louis XII )
– 3) Attribut destiné à représenter une autorité, une personne, une collectivité, un insigne (Les emblèmes de la royauté.) (Source : https://maka001.blogspot.com/2018/12/armoiries-louis-xii.html).

Louis XII – Qui s’y frotte s’y pique

Sur notre triptyque, en gros plan du haut du premier panneau, nous retrouvons non seulement le nom de Louis XII mais aussi la couronne et les fleurs de lys à gauche sur fond bleu, une seconde couronne sur la tête du bon roi et la fleur de Lys au sommet de son sceptre (Un sceptre est le bâton ornemental, ressemblant à une masse d’arme, tenu par le monarque, qui est l’un des symboles du pouvoir et de la royauté. Le sceptre est parfois la représentation de la puissance et de l’autorité suprême que Dieu confère au chef.). De même, le livre qu’il tient entre les mains pourrait bien représenter le pouvoir du savoir et de la justice.

Voici deux autres gros plans du panneau :

Bien-sûr, en attendant de découvrir le prochain personnage, vos commentaires et ajouts sont les bienvenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.